Le Tour de Bali à six en scooter : L’île de Lombok (3°étape)

Lombok ?! Destination privilégiée pour qui souhaite passer deux semaines de vacances entre la nature, les plaisirs de la plage, la plongée ou l’apprentissage du surf. Aujourd’hui, nous quittons avec regret Nusa Penida, laissant derrière nous notre première expérience de plongée avec tuba, c’est une longue étape qui nous attend et qui nous prendra toute notre journée sur les bateaux et 65km pour traverser l’île. Comme nous avons nos fidèles amis les scooters avec nous, nous sommes obligés de revenir sur nos pas et de retrouver le port de Palangbai, surtout de partir aux aurores. Tout le monde sur le pont de la cabane en bois pour fermer les sacs à 6h00, départ à 7h00 !!!

Sur le débarcadère, presque personne cette fois et tranquillement, nous reprenons le même ferry dans l’autre sens, petite sieste et repos. Sur le port de Palagbai, des militaires, des policiers, le temps d’un demi-tour sur le parking, et nous revoilà dans la même file qu’il y a quatre jours mais pour prendre le Ferry public pour Lombok ! Il est bien plus imposant, deux ponts plus haut, un monde de dingue, nous choisissons le pont supérieur et trouvons une place à l’ombre, disposant nos serviettes nous préparant à vivre une longue traversée. Pas de coussins, nous partons rechercher nos sacs à dos et sur le premier pont, une porte s’entre-ouvre, des dizaines de matelas sont entreposés, la cohue et la frénésie s’empare de tout le monde, poussant des coudes, Maya et moi arrivons à en prendre deux, je râle pour le troisième que je n’ai pu attraper, c’est mieux que rien et même plus que ça, nous bivouaquons dans un certain confort malgré tout.

Quelques pâtes sous vides avalées, nous prenons le temps de la sieste, de jouer aux cartes, de nous promener,… et toujours ces photos de la complicité des enfants qui nous font toujours craquer, il faut dire qu’Auguste sait y faire !!!

Quand enfin apparaît le port de Lombok, véritable port industriel, le ferry nous débarque sous une bruine, le ciel est lourd. Le temps de sortir des entrailles du monstre, une pluie diluvienne s’abat sur nous, les K-ways sont sortis en catastrophe et nous tentons le pari d’arriver avant la nuit à Kuta – Lombok. La drache, c’est la drache et il faut que nous avançons en toute sécurité ! Les routes sont, en réalité jusque Kuta- Lombok, larges, à deux bandes avec même un système de drainage efficace. Nous sommes en sécurité et nous parcourons la distance tant redoutée en un peu plus d’une heure jusqu’à l’entrée de Kuta où nous découvrons notre hôtel familial, à cinq minutes de la plage principale.

Le temps de nous installer et de découvrir nos deux chambres, de prendre un temps de repos, la nuit est arrivée. Aussi, pour plus grand plaisir de Noé, nous irons ce soir manger dans un resto qui retransmet (hé oui !) en direct le premier match de la France au Mondial !!! Triste match mais délicieux repas.

Ce matin, direction la plage de Kuta-Lombok : Une esplanade avec digue, pareille à chez nous, avec toutes les commodités (supermarchés, ATM (l’équivalant des distributeurs de billets, cafés, bars, restaurants, douches et toilettes publiques, plaine de jeux,…). Si le décor en vaut la peine, trop de monde pour vraiment apprécier la plage et le lieu. Nous nous décidons de goûter à la cuisine familiale de nos hôtes avant la traditionnelle sieste.

Et comme toujours en fin d’après-midi, visite d’une plage référencée dans le guide, située à six kilomètres seulement, une bouchée de pain pour nous. L’arc-de-lune qui forme la baie est orientée plein est, le soleil pour une fois se couchera dans notre dos,… la plage est très différente et plus populaire par ses petites paillotes et ses petits bars. Nous décidons de nous installer autour d’un château-fort de sable déjà construit pour le plus grand bonheur d’Auguste. Nous ne savons pas pourquoi, ni qui ni comment tout a commencé mais une gigantesque bataille de sable et pugilat semble avoir pris notre raison à tous en otage, entre attaque et défense, c’est un cinéma peu commun auquel ont dû assister les Balinais de très loin, drôle de famille semble-t’il se dire. Notre cinéma de plagistes terminé, dernier bain avant le coucher du soleil mais il est tôt.

Extrait d’un pugilat familial où se mêle même Auguste : (en cours de téléchargement,…😉)

Pendant la douche familiale, Maya et moi profitons de l’excuse de courses de denrées chocolatées pour nous rendre en catimini dans un endroit secret pour préparer l’anniversaire de Noé, c’est demain,… 12 ans le bonhomme ! 12 ans à Bali ! Que demandez de plus ???

Ce matin, effervescence, vite préparer la table pour Noé, et quand l’artiste arrive, il se rend compte que c’est le jour de son anniversaire, nous sommes tous debout à 07h00 !!! Il n’a pas envie de râler quand il découvre ses cadeaux : des chocolats, des bonbons piquants, des biscuits, un coca, … un mini pot de Nutella !!! Pourquoi faire compliqué quand on peut avoir des désirs simples; nous avons toujours dit, la simplicité rien de telle ! Un drôle de courrier attire son attention mais les brumes de la nuit ne se sont manifestement pas encore toutes dissipées. Déjeuner avec les traditionnelles crêpes au chocolat quand soudain arrive une voiture, … avec des inscriptions en anglais que Noé, sans lunette ne peut déchiffrer de loin. Nous leur avions tous dit, excepté Maya, que nous repartions traverser toute l’île pour découvrir la Pink Beach, une plage rose apparemment, à soixante kilomètres … Un Monsieur s’avance ver nous et annonce à Noé sa nouvelle destination : la….. Beach, la plage des surfeurs !!! Étonné, incrédule, n’en croyant pas un mot, un rêve mêlé d’appréhension aussi, Noé sourit avant que tout le monde ne s’engouffre dans la voiture. Destination, une plage de rêves non sans un arrêt pour choisir sa tenue adaptée.

Presque une heure de trajet pour y arriver mais elle est vraiment à elle toute seule une carte postale; pas le temps de lambiner pour nos deux grands, Maya accompagnant Noé dans cette nouvelle pratique de sa découverte de la mer, toujours être à deux, c’est plus rassurant et motivant, s’encourager dans l’effort, se regarder, et tout simplement jouer aussi à ce nouveau sport. Mais il y a des règles. Le moniteur leur explique les rudiments du surf, commençant avec la planche sur le sable, leur montrant comment s’y tenir, se mettre debout, apprendre à tomber, les consignes de sécurité !

Un cours de pro que nous suivons tous de loin.

Eléonore voudrait bien participer, aussi nous lui offrons un mini planche pour passer les vagues, Auguste, loin de toutes ces préoccupations s’offre l’exclusivité de sa Maman, ses baignades et ses jeux dans le sable. Le cours est d’une densité sportive impressionnante, Maya et Noé s’essaient pendant plus de deux heures et à maintes reprises montent sur leur planche et s’échouent avec succès sur le rivage.

Quelques extraits :

 

 

C’est un grand moment que cet épisode de surf, une nouvelle découverte de loisir dans l’eau et une motivation, une envie de continuer un jour ailleurs. Le long temps de ramener le deuxième scooter à la plage, nous profitons d’un repos bien mérité et aussi de cette chaleur et luminosité particulière qui font de ces plages balinaises, un décor de rêve.

cof

Lorsque nous rentrons, toute la fatigue du monde s’abat sur chacun de nous mais ce n’est pas encore terminé. Nous sommes le 18 juin !!! Et ce soir ? Le premier match des Diables Rouges, la perfection de l’anniversaire, le summum de la journée à part qu’ici,… il est bien tard, le match ne commence qu’à 23h00, Noé ne tiendra pas éveillé jusque là,… Je décide de le réveiller pour la seconde mi-temps, ça tombe bien, notre équipe nationale n’a pas produit le festival de buts annoncé en première. A son réveil à minuit, Noé est surpris que je ne l’emmène pas dans le restaurant de la veille mais bien dans le jardin de la propre maison de notre hôte. Une dizaine de passionnés de foot s’y sont installés sur des nattes et fins connaisseurs de la Belgique, déclament non sans un Happy Brithday à Noé assez prononcé à voix hautes, tous les noms des joueurs belges avec les deux stars pour eux : Lukaku et Hazard. Pas de chance, c’est Mertens qui débloque le score avant que Lukaku,… vous connaissez la suite. (3-0 !) : Noé est heureux et s’endort le sourire aux lèvres et la tête pleine de souvenirs.

Le lendemain de la veille, petites mines fatiguées pour tous, nous décidons de retourner à la plage des surfeurs pour tenter de retrouver les lunettes oubliées par Noé,..; la veille,..; l’émotion sans doute. Plus rien ne sert de s’exciter, nous les retrouverons ou pas. Aussi, sur la route, toujours curieux, nous décidons en guise d’apéro de découvrir une autre plage qui, si elle nous présente une baie enchanteresse, n’est pas adaptée au plaisir de la baignade, le rivage nous fait furieusement penser à ceux de la côte du Coromandel à Pondy où les vagues se fracassant avec violence sur les rivages, nous ne nous baignerons pas ici. Nous nous y prêtons au jeu des touristes abordés par des petites filles qui vendent des babioles de souvenirs qui feront des heureux à notre retour. Si babioles il en est, c’est surtout la douceur de ces petites filles qui interpellent, nous jouons le jeu parce que pour une fois nous avons envie d’y jouer, des sourires, de la simplicité dans la rencontre, un chouette moment avec elles. Et oui, chanceux le Nono, après nous être tous mis à quatre pattes par terre à la recherche de ces foutues lunettes, elles ont été mises en sécurité, ouf ! Le plafond est bas et le ciel à nouveau menaçant, nous louons toutefois une planche de surf pour mettre en pratique le cours de la veille mais les vagues sont trop fortes ! Nous tournons vers trois poissons grillés qui nous ont fait de l’oeil au marché et que nous dégustations avec avidité dans la paillote. Heureux de cette belle journée, nous repartons chez nous dans cette belle fin d’après midi.

Nous disons au revoir à cette île dont nous n’aurons vu finalement qu’une minime partie mais que de souvenirs heureux, demain ? On retourne vers les quais, on traverse l’île de part en part… pour ? Mais ça, c’est déjà une prochaine étape.

Bisous de Lombok

Chafab and Co

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s