Le Taj Mahal, entre l’amour et la mort à Agra

Voilà, l’excitation gronde, grandit, la fin et l’apothéose, …. l’arrivée au Taj Mahal qui a fait tant rêver les enfants, surtout Maya… !!! Et ça se voit de suite sur leur vidéo !!!

 

Mais nous n’y sommes pas encore, Agra se trouve au bout d’une autoroute, notre chauffeur est un champion, il débarque avec deux heures de retard, sans excuse prétextant du trafic sur la route ! Il a, semble-t-il, le temps, trop de temps sur la route au point que lorsque nous arrivons à proximité du site de Fathepur Sikri, il refuse après le lunch, de nous y conduire. Je suis plus têtu que lui, je téléphone à Manu et à notre pauvre Anu, pour une mise au point des comptes, c’était leur nouveau chauffeur. Forcé de s’exécuter, il obtempère en râlant. La halte impromptue ravit les enfants, jamais ils n’avaient eu pareilles merveilles, des temples, des courées aériennes, des esplanade, des étages où le vent s’engouffre…. Il pleut même, nous ne nous rappelons même plus ce qu’est la pluie. La gaieté est de mise de ces quelques gouttes d’eau et de nos souvenirs à nous deux, rien n’est pareil.

Un bus obligatoire nous amène sur le site à présent inscrit au Patrimoine de l’UNESCO, il était à l’abandon il y a quinze ans. Il fallait bien ça pour sauvegarder l’ancienne capitale d’Agbar, … lequel a construit ce site en dix ans pour se rendre compte qu’il fallait l’abandonner par manque d’eau, ça ne s’invente pas. A l’entrée de la mosquée, jadis aire de picnic sur les tombes à l’ombre, nous sommes stupéfaits de revoir ce site habité, les croyants, les Suffis, les mêmes qu’à Ajmer, sont revenus et redonnent à cette place la majesté d’antant. Un petit tailleur de pierres se présente à nous comme guide et nous nous prêtons au jeu, pour un pourboire à venir, petit bonhomme à l’étrange anglais mêlé de quelques mots en français, le roi de la débrouille… Fathepur Sikri vaut le détour de la route, et si nous y avons passé une douce fin d’après midi, je reste convaincu… que c’était mieux avant. Mon Amour pour les ruines peut être mais que c’est différent quand on e visite avec des enfants.

Allez, la nouvelle surprenante !!! Nous avions reçu quelques gouttes loi sur la route, sur l’esplanade, rien ne nous disait que la nuit d’un ciel orangé allait balayer Jaipur et Agra, une tempête de sable, mêlée de pluie et même de grelons pouvaient s’abattre ainsi en bordure de désert !!! Les arbres tombent sur la route, les toits s’envolent, un camion finit sa route dans le fossé, il fait nuit, et c’est un cataclysme météorologique. Nous avons regardé tout cela d’un œil distrait, sans se douter que par la suite, par les alertes FB et les infos, la tempête avait fait plus d’une centaine de victimes dans la région. Loin de nous douter du drame qui se joue, nous arrivons, sain et sauf, à notre guesthouse à Agra, réputé, lui, pour sa terrasse.

Là, il fait nuit et de loin, les contours majestueux du Taj Mahal, … s’offrent à nous. Encore une fois l’impatience du réveil, le voir en vrai ! Nous nous divisons en deux chambres, Noé et moi, Cha prenant les filles et toujours Auguste. Leur chambre donne vue sur le Taj et d’après la légende du réveil familial, elles auraient été aux premières loges pour son apparition dans le réveil du matin. Noé et moi, justement, nous levons tranquillou aux aurores indiennes …. à 9:00 et en petite tenue, nous l’admirons sous le soleil matinal de la terrasse principale, devant des Coréennes prenant leur déjeuner. Encore plus près que nous le pensions, vraiment cette vue imprenable fait la fierté de l’établissement, le Taj est bien là ! Cha nous rejoint à peine plus habillée, et nous prenons notre déjeuner avec en arrière fond, la merveille de l’Inde.

Pourtant aujourd’hui, pas de visite du Taj ! Nous prenons notre temps, à la surprise des tenanciers qui ont tellement l’habitude de voir les touristes courir, nous, c’est la quête du temps, de prendre ces instants précieux qui font de nos visites, un souvenir inoubliable, un luxe !

Le Fort Rouge d’Agra,… soit disant en réparation, … l’essentiel nous le verrons malgré des grilles imposantes qui ferment définitivement le jardin, nous apprendrons plus tard que le Premier ministre indien Mody destine cette partie à des locations privées afin que, par la rentabilité, l’Inde puisse compter sur des nouvelles entrées d’argent pour sauvegarder son patrimoine. Il est vrai, et je l’ai déjà dit, les Indiens ne paient quasiment rien comme frais d’entrées, les touristes assurent l’essentiel. Hier, une minorité de sites archéologiques était à sauvegarder, aujourd’hui, tous sont sur la liste et elle est immense, regardez Bundi. Alors pourquoi pas ? Une inspiration pour nos sites à nous ? Nous découvrons à nouveau l’esplanade des palais et rien ne change depuis Udaipur, notre visite en sens contraire nous a permis de voir le plus beau avant, de découvrir le reste, j’appelle cela le reste alors que certains ne voient que ça, c’est magnifique mais l’impression que nous sentons c’est que notre circuit nous a montré l’essentiel, comme si notre tour des cathédrales du Rajasthan nous avait offert le plus beau pour arriver au plus commun. Peut être que le tour était plus judicieux, … et dans le sens de l’histoire; comme faire l’Italie du Sud avant celle du nord, la Grèce elle même avant l’Italie, la France romane avant la gothique, la Wallonie avant la Flandre… (ça c’est pour moi !). Nos déambulations nous ramènent à des écureuils, qui l’aurait cru… Allez, le diaporama !!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce soir, nous prenons nos quartiers seuls, sur un Roof top, pas loin de notre gîte; demain, levée aux aurores, même avant pour être les premiers aux portes du…

Vous êtes prêts, allez sans commentaire, voilà en diaporama une fois de plus mais comment faire autrement (?) notre Taj à NOUS !!! INOUBLIABLE PAR LA VIDÉO, POUR LES PHOTOS, LA FÉERIE DES ENFANTS, ILS Y SONT !!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous, assis face à lui, nous regardons le temps qui a passé, il y a quelques semaines, nous avions fêté nos à peine quinze ans de mariage, nos 18 années de rencontres, presque la moitié de notre vie passée ensemble. En 2003, nous étions en voyage de noces, aujourd’hui nous revenons dans une autre ambiance. Nous y célébrons notre amour, face au mausolée de la beauté de l’amour et la face camarde de la mort. Le Taj est un mausolée, juste un mausolée, une pierre polie, incrustée de bijoux qui donne à la perfection de l’art une dimension de l’amour qu’elle ne sera jamais, d’où la fascination des hommes. Étrange que les merveilles du monde soient des tombeaux, vestiges de l’orgueil et la vanité des hommes. Nous, on s’arrête silencieux face au Taj, avec une pensée particulière pour Papy et Mamydile, après Angkor, voilà une autre merveille que nous voulions vous offrir, c’est magique !!!

cof

Moi, face à lui, et toi à mes côtés, je mesure comme sur ma terrasse ou mon balcon, dans mon désert; le formidable chemin parcouru qui fait de Moi un homme, plus grand, plus fort et plus bon, grâce à ces quatre bambins qui courent sur une tombe, peut on continuer sans cesse de grandir ? Est ce ceci la vie ? Mon Taj ?

Grandir à tes côtés plutôt que de mourir avant ou après toi,… idiote pensée.

Alors pour se réveiller, après une nuit si brève que certains sont cassés, où comment avec une petite sieste réparatrice nous partons respirer les jardins du petit Taj Mahal… de l’autre côté du fleuve complètement asséché à cette période de l’année, toujours ces nouveaux gardiens du patrimoine à l’entrée, et puis, une plénitude si différente, comme avant, ici, personne ne se pousse, un jardin. A ciel ouvert, une tentative de l’architecte du Taj en modèle réduit… et sous le soleil couchant, la douceur nous enveloppe, un répit.

Car ce soir, c’est Parghanj ! Le repère à touristes où nous avons élu domicile, ce sont les derniers achats d’artisanat pour notre association ! Ok ! Tout le monde y va, pas de raison pour que nous n’y allions pas ! Chafab et moi sélectionnons des lots, des bijoux, des articles que nous ne prendrons que le lendemain, car je ne voulais pas rater mon souvenir, retourner sur le rooftop de nos amours de 2003, 2008. Pour nous, un hôtel se démarque d’ici, de ce lieu, là où nous avions pris notre plus beau verre d’amoureux, notre terrasse que l’on dit à nous, mais qui est un souvenir, sans doute par transposition dans le temps, fait toujours frémir…. Si quelqu’un comprend qu’il est raisonnable de retourner sur ses pas… parfois. Bref ! Encore un truc de fait !

Ce matin, on court comme deux rigolos presque, pour notre association, et on Kiffe cet instant, à deux, à porter les sacs,… Retour à l’hôtel, il va bien falloir partir,… pour, …. ? La dernière étape ! Delhi, la capitale, et ça c’est une autre histoire que vous racontera Éleonore….

Depuis, nous coulons nos derniers jours à Pondy,

les dernières semaines à goûter à pleines dents,… notre Inde

A très bientôt, et Mille bisous indiens

cof

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s