Udaïpur et son reflet sur le lac,…

C’est un choc, un waouw (!!!) que tout le monde crierait à la vue qui s’offre à nous sur le rooftop de notre guesthouse … La terrasse grandiose offre une des plus belles vues sur le Lake Palace et sur le City Palace !

La carte postale en direct, dans nos yeux, comme dans un reportage de Géo. Comme pour tous les yeux des touristes; Udaïpur s’offre à nous dans la lumière descendante de la fin de journée, la bonne heure pour tomber dans ses bras, la bonne heure aussi pour prendre un bon apéro sur la terrasse !!! Et voici ce que nous découvrons : À mesure que la luminosité diminue, les deux palais du lac s’illuminent de mille feux. Le Lake Palace, toujours la propriété du Raja d’Udaipur, est devenu un hôtel dont on ne compte plus les étoiles dans les guides touristiques,… plus loin sur l’île transformée en sons et lumière donne le tempo.

Ce matin, nous partons à la découverte de la vieille ville,

Comme à Jodhpur, elle est impraticable en voiture, des ruelles sinueuses où s’engouffrent à pleine vitesse les autoricks et les motos, nous forçant à avancer lentement en file indienne constamment, nous cherchons un déjeuner qui ne viendra pas, accablés par la chaleur de midi, nous voilà revenus sans le savoir à la case départ et décidons de passer notre lunch sur un magnifique rooftop déserté de touristes, deux serveurs pour nous tout seul, face au Lake Palace.

 

Requinqués une bonne heure après, nous attaquons la visite du Palace,… Nous vous donnerions bien toute l’histoire mais encore une fois, ce Palace vieux de 500 ans donne à nos yeux les fastes d’antan, pour avoir une émotion, non pas celle de Jodhpur, il faut reculer, reculer jusqu’aux verrières qui permettent d’admirer du haut toute la ville. Lorsque nous sommes entrés, nous avons dû longer l’immensité de sa longueur, ce n’est qu’en reculant que ce palais se découvre. Ses pans de murs si hauts ne suscitent guère d’émotion, les murs sont nus, recouverts de chaux blanches, à certains endroits, ils sont en piteux états, seuls ornementations colorées, la porte centrale et son porche où nous nous sommes dirigés pour prendre nos audio-guides.

Cette fois-ci, notre diaporama est aléatoire comme pour nous qui passant sans cesse de pièces en pièces, sans logique apparente, nous a fait découvrir les richesses du palais, alternant les salons colorés, les portes dessinées voire sculptées dans le marbre, des soieries, des miroirs belges encore une fois, des tissus, des pièces de fêtes, les appartements privés de la Rahani et du Raja, … il parait qu’il y a mille pièces !!! Bonne visite les amis !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Trois heures de visites qui ont rempli notre après-midi, et vers cinq heures, en descendant les Gaths, au bords de l’eau, nous surprenons des gamins se baigner dans une luminosité extraodinnaire. Et finalement, nous sommes arrivés épuisés au guesthouse.

Le temps de souffler un peu, Auguste qui a bien dormi et se réveillant à la route fin de la visite, tuera notre sieste, mais les sourires sont là car ce soir,…

Spectacle d’une heure de danses rajasthani dans un Haveli d’un ancien dignitaire du Raja : le coin des touristes, c’est marqué dans tous les guides mais parfois se mêler à eux, c’est pas idiot non plus. Le spectacle est rythmé et Maya l’attendait avec impatience toute la journée. Entre les danses se glissent aussi une scène guerrière, un marionnettiste hors pairs, pour que finalement une danseuse clôture le spectacle par des prouesses dignes du cirque.

 

 

Heureux, nous regagnons notre terrasse où malheureusement le dîner est gâché par l’absence des cuisiniers et les serveurs pas doués pour un sou, nous servent après une attente interminable, passé 23h, un piteux repas.

Troisième jour, deuxième matin à Udaipur, il va falloir prolonger notre séjour d’une nuit supplémentaire si nous voulons visiter toute la ville, Anu est revenu nous rechercher et nous décidons de sortir de la ville. Comme souvent, nous sommes pris dans un cortège de mariage, tambours,, trompettes, danses et cortèges,… dans un vacarme étourdissant !!!

 

 

Notre première halte est manquée, nous souhaitions voir la ville d’en haut, impossible car le prix demandé pour s’accouder sur les remparts d’un petit fort situé à l’autre bout du lac est excessif. Manu prend les commandes et nous emmène dans un jardin !!! Ce n’est pas que nous sommes friands de ce genre d’attraction indienne mais il faut l’avouer que ce fut rafraîchissant, à midi, il fait quotidiennement plus de 40 degrés, voir les enfants s’éclabousser, Auguste courir dans les allées.

 

L’arrêt suivant est le cimetière des Rajas d’Udaipur, un cimetière divisé en deux parties, à l’abandon enfin semble-t-il. Des cénotaphes vraiment différents de Jaiselmer, pareils à des pyramides en marbre, elles sont font toutes plus belles et plus grandes, la dernière est tout simplement démentielle, mais pourtant, une gêne, pourquoi cet abandon ? Il y a bien un panneau d’une fondation américaine qui aiderait à la conservation du patrimoine mais seul le garde qui nous a laissés entrer à l’aide d’un petit billet, semble habiter les lieux.

Direction un centre commercial indien pour le plus grand plaisir de … Maya. Nous y achetons un short pour Auguste, … rien à se mettre sous la dent, juste l’idée de l’avoir vu. Et la sieste qui nous attend enfin, une vraie !

Cette fin d’après-midi, courageusement, nous prenons la direction d’une autre et dernière attraction : monter au temple qui surplombe la ville en funiculaire ! Sur le chemin, nous prenons le temps toutefois de visiter un drôle de temple hindou-jaïn qui met en avant l’ensemble des plus grands dieux du panthéon hindou. Nous déambulons dans le mauvais sens, se faisant reprendre par un hindou, c’est magique mais ça nous manquait aussi le temple hindou comme nous les connaissons si bien dans nos yeux en Inde du Sud. Quelques clichés au passage,…

 

Là, c’est le délire, même si c’est un peu loin, la marche c’est la santé ! Drôle d’y voir les Indiens se prêter au jeu, pour Éleonore et Auguste, c’est une première : et la vidéo est là pour en témoigner. L’ascension est courte mais sympa et le promontoire rocheux offre une vraie vue au soleil couchant sur le lac, son miroir, ses reflets. Assis sur les marchés, nous attendons que viennent la nuit, sans impatience et loin des tumultes de la ville, regarder les couleurs changer, disparaître le reflet du Palace dans les eaux. … Les cinq minutes de délire entre nous à celui qui posera le mieux et fera la photo glamour !

 

C’est ça Udaipur,

une ville d’en haut, et puis celle d’en bas, avec cet éternel miroir de beauté qui reflète une dernière image de sa grâce, pareille à son histoire guerrière et romantique à la fois, la cité est le miroir d’une splendeur inexorablement passée, transformée en un lieu lucratif, sans doute pour mieux y cacher ses secrets et ses ambitions de redevenir la première ville du Rajasthan, …

l’effet du miroir sans doute.

cof

Ce soir, petit dîner à côté de chez nous. Demain, nous reprenons la route pour une destination qui, si elle se trouve dans les guides, reste pourtant délaissée du tourisme de masse : la citadelle de Chittorgarh !

Mais ça, c’est une autre histoire que nous vous conterons prochainement !

Mille bisous indiens,

Chafab and Co

Une réflexion sur « Udaïpur et son reflet sur le lac,… »

  1. Tellement heureux pour vous que vous fassiez ce beaux voyage tous ensemble, des souvenirs, ensemble et c’est tout. C’est tout ce qui compte.
    Nous vous embrassons très fort enfants de de Pondy, chéris

    Les Cherrydepondy, Arnaud , Lara Albane Cassien et Aymeric.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s