« Ce matin, nous recevons Mamy à déjeuner,… »

Préambule…

Bonjour les amis…

Nous vivons chaque jour comme une multitude de petits bonheurs comme depuis notre arrivée ici.

oznor

Il nous est plus difficile de vous parler de toutes ces petites choses qui nous tiennent tant un cœur ! Un petit détour le matin par la digue afin d’observer cette tellement belle et indescriptible lumière du jour autour de la statue de Ghandi, la joie d’être en scooter et de sentir ce fourmillement autour de nous de tous ces Indiens vacants à leurs occupations, se mettre sur notre terrasse en fin d’après-midi et observer les enfants du village jouer au cricket en face de la maison, ainsi que les vaches, les moutons et les chiens du quartier… Et puis nos enfants dans la piscine, l’appel à la prière de notre village, l’accueil tellement chaleureux des Soeurs que nous côtoyons….La rencontre aussi d’expats adorables, de Franco-Pondichériens que nous retrouvons et de fidèles connaissances indiennes….Nous savourons ce temps qui file ! Nous pensions écrire, jouer de la musique, réfléchir, et le temps s’accélère encore….

Ce temps indien est également du temps pour l’association « Les enfants de Pondy ».

Beaucoup de changements dans nos 4 projets, de nombreux besoins, une belle émotion ! Le luxe de ce temps donné aux différents projets, nous permet de nous poser les bonnes questions… Comment encore mieux aider ces enfants ? Nous en sommes là ! Des envies d’un terrain de sport en dur pour nos garçons qui viennent de la rue, de matériel digne de ce nom pour nos filles qui apprennent un métier, … de beaucoup d’argent pour construire sur une terre des soeurs une nouvelle maison de jour adaptée pour accueillir les enfants handicapées dans des conditions optimales… Et que faire des quelques filles encore suivies de la Villa Rosalie ? Il y a aussi le gouvernement qui exige des extincteurs partout, des caméras, un toit en dur au-dessus de la tête de nos Street boys… Nous en sommes là ! Une déduction fiscale française et belge qui doit nous aider, plein de nouvelles envies de notre part, des salaires qui sont bien payés…

Et puis… une nouvelle marche à suivre que nous devons écrire ! Peu donc de photos de nos loulous car comme nos articles parfois sur nos blogs…nous sommes en cours de réajustement ! Si vous lisez cet article et que vous détenez une des clefs de nos rêves associatifs, par de belles idées pour la France, la Belgique et/ou l’Inde ; ou un financement bienvenu… alors à très vite !… En effet, vous ne soupçonnez pas le bonheur des Soeurs de découvrir par le blog, le soutien obtenu en base arrière par les dons, et votre présence lors des différents événements organisés par l’association « Les enfants de Pondy » en France ou en Belgique !

A très bientôt!

Charlotte and Co.

cof

Et dire que nous avons largement passé les deux mois en Inde, Les semaines passent dans ce rythme langoureux très pondichérien, dans cette atmosphère de plénitude et de calme. Pondichéry, ma Douceureuse, ma Langoureuse, toi qui nous tiens entre ses bras, nous nous laisserions aller à la quiétude pour des mois de franche abîme.

En réalité, aussi drôle que cela nous paraît, nous courrons après le temps.

Depuis notre dernier billet, nous recherchions le temps pour savourer tous les instants, et je peux vous rassurer, il n’y pas un jour qui se passe ici sans que nous ne respirions, mordions à pleines dents la chance qui nous est donnée de vivre cette expérience.

Nous vous avions laissés un peu en plan, comme un blog inactif, qui se lasse d’écrire ou qui n’aurait plus rien à partager, nous qui vous avions habitués à ce rythme effréné de notre itinérance en Asie du Sud Est. C’est toujours le cas mais peut-être ne le voyez-vous pas, et ce n’est pas aux habitués des réseaux sociaux qu’il faut le dire, nous sommes toujours là.

Ainsi, un grand article sur nos projets indiens de notre association nous a pris le temps, tel celui que l’on consacre à sa rose, et si vous ne l’avez pas lu, vite votre rendez-vous est pris sur www.lesenfantsdepondy.org

Depuis ce dernier billet, nous avons pris le temps de…

« Ce matin, nous recevons Mamy à déjeuner ».

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire mais ce temps qui nous occupe entre les cours de math à raison de deux à trois fois par semaine, des cours de tennis, des cours de yoga et de danse classique indienne, la crèche tous les jours, … tout s’est soudain suspendu à l’arrivée de Mamy Jeanne et de Jan.

C’est trop rare et même trop tard pour vous dire qu’elle ne fut pas notre bonheur que de recevoir à la maison, chez, nous Mamy et Jan, un peu comme si un peu de belgitude, de ce « chez nous » revenait nous habiter, … Ce seront sans doute les seuls à venir jusqu’à nous nous retrouver et nous sommes emplis de joie de les recevoir ainsi pour deux semaines.

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire que Maman est une drôle de dame, l’Inde, elle l’a dans la peau, pour elle, c’est sans doute revenir à ce qui la faisait frissonner, à ce goût mêlée d’aventures, d’inédits, de soleil et de poussière. C’est la joie, jamais démentie de l’amour qu’elle voue pour ce pays qui lui a donné deux enfants. Sommes-nous ma sœur et moi exceptionnelles à ce point pour que tu y reviennes à chaque fois que tu le peux ?

Non, c’est sans doute plus que cela, Son amour indéfectible est inscrit dans ses racines, dans son engagement autant qu’a pu le faire Papy Marcel. Nous avions assisté dans notre jeunesse, ma sœur et moi, à qui ramènerait le plus d’enfants adoptés, nous les avions vus partir à tour de rôle chercher ces orphelins une fois l’un, à savoir qui en ramènerait le plus, et ce pendant plus de quinze ans. Depuis notre premier et dernier voyage en famille, il y a plus de vingt-cinq ans, Papy Marcel ne voulait plus y retourner. Une page s’est tournée, sans doute parce qu’il sentait qu’il en avait assez fait pour que la boucle définitive de l’adoption réussie se tourne. Il n’y est plus jamais revenu.

Mamy en rêvait, secrètement, dans une attente qu’on l’imaginerait rêver sur sa terrasse, dans son fauteuil, les yeux vers ce soleil et cette chaleur qu’elle aime tant.

oznor

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire mais Mamy, comme tant d’autres femmes a reconstruit sa vie auprès de Jan, Papy parti depuis plus de dix ans, Mamy a retrouvé la joie de vivre à ce point même qu’elle emmène son nouveau mari dans ce qu’elle connait de mieux, dans cette foule, cette frénésie, cette chaleur qu’elle supporte si bien, retrouver les rues de Pondy, retrouver les Sœurs de Cluny qu’elle a si longtemps côtoyées, et puis nous au bout de ce départ, l’accueillir à l’arrivée, chez elle.

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire et j’ai un peu honte, nous les avons loupés à l’arrivée. Nous sommes bien partis à la bonne heure avec notre courageux et tellement scout de Noé pour les accueillir à Chenaï International Airport alors qu’ils arrivaient au Domestic Airport. C’est Noé et Djeevan qui les ont donc accueillis, sans vidéos ni photos mais avec tout de même quarante minutes de retard à les chercher. Bienvenue Jan en Inde, c’est parti pour deux semaines de folies. Le temps d’un café sur la route et une arrivée rapide qui surprend tout le monde comme cette découverte de tous ces innombrables cadeaux qui se révèlent aux yeux émerveillés des enfants lorsque s’ouvrent les valises, … Voir aussi dans leurs yeux, Mamy et Jan à la maison, on se pincerait pour y croire, … un peu de Belgitude qui envahit le cœur et le ventre aussi des enfants : des bonbons, des vrais, du chocolat, du fromage, du saucisson, du vin,… et puis aussi, des livres.

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire mais vous partager que de recevoir dans notre chez nous indien, pondichérien Mamy Jeanne et Jan fut un réel bonheur, les voir vivre à nos côtés pour la première fois, revenir à ce que nous sommes en famille, à accueillir Jan, réaliser que nous avons aussi à apprendre de chacun de nous, découvrir du temps pour vivre ensemble, ce que notre rythme belge ne nous permet pas. Notre aventure commune de dix jours, c’est le temps de découvrir Pondichéry, montrer à Jan à travers les yeux de Mamy ce qu’elle aime de mieux, de plus, de ce qu’elle reconnait et ressent, ses souvenirs, revoir les Sœurs de Cluny, découvrir des racines, une pouponnière, s’imaginer un d’entre nous qui y est né,… prendre le temps de réaliser peut-être…

Découvrir avec une attention nos projets de l’association, peut-être qu’ils se rendent tous les deux compte que notre investissement dans ces quatre projets est une réalité palpable quand on y est sur place, découvrir les Enfants des Rues non plus en photos mais en vrai,…

Et puis partager ce temps si précieux qui nous manque tant dans la vie réelle, passer des soirées à refaire le monde, remettre les questionnements aux réponses, dépoussiérer notre visage les uns et les autres, pour se découvrir. Découvrir Pondy, sa digue, ses particularités, faire un resto, vivre quoi,..

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire c’était déjà il y a une semaine, après leurs multiples visites de temples et des villes du Tamil Nadu, nous avons retrouvé Mamy Jeanne et Jan à Karaikal, loin des rues tranquilles de Pondy, un peu plus les villes oubliées de l’Etat, mais ô combien important pour notre histoire : à Karaikal, ce sont pour Mamy, les retrouvailles sacrées avec Sister Georgina qu’elle connaît depuis des décennies, retrouver Sister Lourdes Mary, découvrir Sister Mary Stella.

De rencontres en rencontres, de difficultés à passer des nuits d’hôtels à des chambres au Carmel, des sourires autour d’une table, … Karaikal offre ses beautés comme ses moustiques qui s’attaquent aux touristes endormis, et puis visiter les projets,… et puis visiter les sites immémoriaux de Tranquébar, de Chidambaram.

Et puis ce retour à Pondy avant de se quitter pour mieux se retrouver dans quelques mois dans notre chez nous,…

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire

Mamy Jeanne et Jan sont venus, nous les avons reçus à déjeuner,..

C’est trop rare et même trop tard pour vous le dire

C’est un moment rare et précieux. Merci d’être venus partager un bout de notre route, en famille, … à Jan.

mde

à ma Maman.

oznor

Bisous de nous six

Chafab and Co

3 réflexions sur « « Ce matin, nous recevons Mamy à déjeuner,… » »

  1. Chers enfants et petits-enfants,

    C’est émouvant!!! Le reportage de notre voyage nous a fort touché. Nous nous sommes retrouvés en Inde à Kotakupam dans un cercle familial très chaleureux et cela nous a fait chaud au coeur.

    Nous avons pu découvrir la volonté de vouloir faire avancer les projets à Pondy et Karaikal et y constater que les enfants sont heureux et bien encadrés.

    En revenant en Belgique nous avons du réinstaller le réseau WIFI pour reprendre contact avec vous.

    Grots bisous et encore un très grand merci à vous tous pour ce très beau voyage. Je vous téléphonerai en cours de la journée.
    Maman et Jan

    Aimé par 1 personne

  2. Fabien, Mon cher Prakash

    Tu as une vaste vie! Je n’ai pas le don de traduire exactement ce que mon coeur ressent, pour preuve, je ne sais même pas si je vais bien écrire les idées des choses qui me traversent, mais ce que je vois de ta vie est émouvant, très émouvant. Je suis heureux pour toi, pour les tiens et même pour tous ces projets qui fourmillent dans ta tête et dans ta vie.
    Je me souviens point par point les moments que nous avons eu à partager, sur la colline, à Bruxelles et à Milan. Quel homme tu es devenu? Père d’une petite famille, père d’une nombreuse famille et je vois que tu es heureux dans ce que tu fais et surtout que tu ne le fais pas seul, tu as des mains jumelles tout autour de toi. Et je vois qu’il y a une joie à réalisé ce que le coeur perçoit dans le plus grand secret.
    Figure-toi de la lointaine RDC, je comprends et vois très bien ce que ton association fait et cela me touche énormément. Courage, bonne continuation et nous gardons contact.

    Avec ma fraternelle affection.
    P.

    J'aime

    1. Cher ami, je t’ai toujours dit qu’un jour a nous reverrons, ici, là-bas, sur notre colline ou chez toi. Je viendrai te visiter, et tu le sais mon frère de cœur, nous n’avons pas changé. Comme tu le vois, cette vie d’une année est remplie de petits bonheurs et tu viens te rajouter,… embrasse toute ta famille, bisous indiens Fabien prakash

      Nb/ on rechantera un jour zaida et zoulikha. Promis

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s