« Quand Angkor se découvre à nos yeux,… »

 

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

 

Angkor, la cité millénaire qui fait tant rêver. Pour la comprendre, nous nous sommes approchées d’elle tout doucement.

La découverte commence sur la route entre Battambang et Sriem Reap, il faut sortir de l’unique autoroute et continuer 60 km au nord du Cambodge pour découvrir au fond de la campagne, dans une bourgade éloignée, le site exceptionnel de Bantey Chhmar.

Pour nous, c’est enfin la découverte tant attendue ! Depuis 15 jours, nous nous préparons lentement à « apprivoiser » le Cambodge et le peuple khmer, découvrir son patrimoine, sa culture, ses traditions culinaires. Des sites historiques, nous n’en n’avons vu que très peu, quelques pagodes bouddhistes, quelques temples aux couleurs criardes, quelques palais rénovés.  En prenant la route de Bantey Chhmar, nous découvrons une esplanade propre, paysagée. Un sentier nous mène au temple. Une fresque murale s’offre à nous, description de batailles ancestrales, des soldats avalés par des crocodiles. Derrière une porte, les pierres semblent s’écrouler sur elles-mêmes, il ne reste que amas de murs envahis par la végétation, un peu comme si la terre avait tremblée, les voici « les vieilles pierres », l’histoire avec un grand H. La jungle est passée par là depuis l’abandon du site par les hommes. C’est surprenant. Nous contournons le temple en longeant le mur d’enceinte, sur le mur ouest, une fresque représentant un avatar de Shiva aux multiples bras, 32 ! Au centre, dans la jungle apparaissent les premiers visages du roi bâtisseur Avalokiteshvara, mélange du visage du Roi et de Bouddha. Une visite à ne pas manquer pour toutes celles et ceux qui le souhaitent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Siem Reap est une ville entièrement centrée sur le tourisme de masse. En y entrant, quantité d’hôtels de luxe se côtoient et se font une rude concurrence. Les prix sont élevés, tout coûte cher. Pour visiter le Site d’Angkor, il faut un pass qui nous permet de tous les visiter en 1j, 3j ou une semaine. Nous optons pour celui de 3 jours.

Nous choisissons dans l’après-midi de réaliser le Grand tour avec au menu les principaux temples qui entourent Angkor Vat ! Et pour commencer le temple hindouiste de Preah Khan et ses dédales de galleries, Ta Keo dont la terrasse culmine à 50 m de hauteur, Ta Som où un arbre gigantesque semble avaler les murs tout entier du temple. Nous jouons le jeu de tous les touristes pour assister au coucher du soleil sur la terrasse de Ta Keo 😉. L’histoire dira que nous n’aurons pas tenu jusqu’à la fin,…

 

Le « dit » Petit Tour prend une journée car c’est à ce moment que nous visitons les trois plus célèbres temples de la cité d’Angkor : Angkor Vat, Angkor Tom  et Ta Prohm !!!

Ce matin, nous nous sommes levés à 04h30 pour assister au lever du Soleil sur Angkor Vat. Et oui, nous avons bien sûr fait cet effort. Des centaines de touristes ont fait comme nous le déplacement. Le spectacle est grandiose, réellement impressionnant. Face à ce que l’on considère comme le plus grand édifice religieux du monde, le temple est la vitrine du Cambodge. Il s’agirait du mausolée pour le Roi Suryavarman II. Son entrée principale est tournée vers l’ouest, direction symbolique de la mort et ses murs sont couverts d’impressionnantes fresques murales racontant les grands faits du Roi.  Une immense tour culmine au centre du temple. Notre principale impression ? On pourrait penser par sa présentation à Chambord, sans doute un peu trop parfait pour nous pour nous laisser un frisson. Nous déambulons dans ce temple hindouiste et ne pouvons que penser à l’Inde du Sud,.. de grosses différences pour les yeux tellement habitués et comme si, détachés par ce que nous connaissons, nous y voyons un début, une tentative. Une prouesse tout de même architecturale.

Etonnés par la grandeur, à quelques centaines de mètres, Angkor Thom et le Bayon où nous avons tourné notre séquence. Une pyramide à nouveau de 3 étages où s’entremêlent près de 240 visages du Roi tournés dans toutes les directions de son royaume, sans aucun doute notre préféré. Ici, le charme opère de suite. Le génie de l’art khmer donne toute sa dimension. De loin comme de près, le sourire charmeur du roi est omniprésent, façonné par superposition de monumentaux blocs de pierre avec un soucis du détail qui est proche du génie.

Sous un soleil de plomb, nous terminons notre visite par Ta Phrom, le temple du site, envahi par la jungle, ses lianes et ses arbres monumentaux. Nous comprenons mieux pourquoi les temples semblent s’être ramassés sur eux-mêmes. L’architecture angkorienne ne connaît pas le béton ni le ciment : les lianes s’incrustent entre les fissures, grossissent et font éclater et tomber les murs. Les racines s’arcboutent sur les parois, longent les murs, prennent assise sur les corniches et grandissent au point d’engloutir le temple même. Nous verrons par la suite que rien n’avait vraiment changé depuis, qu’il se retrouvaient ainsi tels lors de leur découverte; et sans le génie des archéologues, ces temples auraient définitivement disparu sous le couvert végétal, à nos yeux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il nous faut quitter Angkor, Siem Reap pour sortir de ces « temples », comprendre mieux ce que nous voyons, remonter l’histoire, et partir à la découverte des tout début de l’archéologie khmer : « Comment ont-ils (re)-découvert cette cité au 19°s, et à quoi pouvait-elle ressembler aux yeux des explorateurs français .. » Ben Maela nous offre un aperçu de ce que cela pouvait être. Loin de la foule, nous déambulons sur des plates-formes de bois qui surplombent le temple entièrement avalé par la jungle et entièrement détruit, à près de 6m de haut, voire plus. Ce temple mérite le détour, l’air y est plus frais et il est vraiment détendant. Qui sait ? Il sera peut-être un jour placé en bon ordre par l’UNESCO ?

Avant une longue pause, nous nous dirigeons vers le Lac d’eaux douces de Tonlé Sap , à la recherche d’un village de pêcheurs, perchés à six mètres de haut : Kompong Pluk : le prix est excessif pour une nouvelle promenade dans une barque mais la visite nous détend toutefois.

Toujours dans notre quête pour comprendre la grandeur de cette cité, nous décidons en ce quatrième jour de partir à nouveau très loin des sites touristiques pour découvrir une montagne sacrée : Phnom Kulen, enfin le croyait-on ! Près du temple qui domine la région, une rue commerçante, quelques restaurants, plus loin une chute d’eau de 30m avec ses restaurants. Nous décidons de ne pas en rester là et nous partons à l’aventure dans la jungle à la recherche de temples enfouis. 3h de balades mémorables sur 3 scooters. Une expérience unique en son genre. C’est bien fatigués et les muscles mis à rude épreuve (une pensée à Charlotte) que nous terminons la journée par une petite douche sous la chute d’eau

 

 

Dernier jour sur le site, il nous faut revoir une les sites mythiques d’Angkor, une dernière balade pour s’en souvenir à jamais. Dernier temple dans les environs en matinée à Banteay Srei tout petit temple coloré inscris lui aussi au Patrimoine Mondial de l’Unesco, balade reposante dans la campagne angkorienne, un déjeuner avec vue sur Angkor Vat sur la pelouse, retour à Angkor Tom et le temps de 15 prises vidéos en haut du Bayon pour que cela soit dans la boîte, on enregistre ce sourire légendaire une dernière fois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On reprend la route pour le nord. Direction Prasat Preah Visear, forteresse ou temple sur la montagne, à l’extrême frontière du Cambodge, face à la Thaïlande, deux pics rocheux haut de 650m qui se regardent, … La route est facile, très peu de monde, nous sommes contents de sortir aussi enfin de Siem Reap et de sa cohue de … touristes… que nous ne sommes bien évidemment pas… 😉 La route serpente à travers ses rizières luxuriantes, nous sommes dans le Cambodge que nous apprécions énormément. Dans les guides, une halte à Koker.

Koker ? Rien de bien surprenant, un temple, encore un, enfoui par la jungle. Plus loin, une route s’élargit dans sa poussière rouge, … un panneau gigantesque flanqué du badge de l’UNESCO nous accueille, nous pénétrons dans un site d’exception, … tellement beau qu’il n’y en n’a aucun trace ou photos dans le Lonelyplanet ( ???), un peu comme si ce site ne méritait pas le déplacement. Il est tout simplement exceptionnel ! Une pyramide haute de ??? m dans le plus pur style maya se dresse derrière un vieux temple qui fait office de trompe-l’œil. Nous l’escaladons en plein chaleur et le panorama qui s’offre à nous est divin. Sans doute un de notre coup de cœur ! Incompréhensible qu’il ne soit nulle part dans les agences ni les guides. Nous vous le conseillons. 

 

Prasat Preah Vihar est lui dans tous les guides qui l’introduise pour un avant-propos sur les conflits modernes et tensions entre les deux pays. Un peu anxiogène ? Même pas, les militaires en tong, la chemise ouverte, le site est silencieux.

Nous louons les services de 3 chauffeurs de scooter (nous y avons pris goût depuis notre escapade en jungle et forêt) ; notre driver s’inquiète. Nous sourions et attaquons l’immense montée que même le dernier vainqueur du Tour de France ne s’y risquerait. C’est à pic en montée. Trop drôle et décoiffant. Non, finalement la route est correcte…Sur ce ponton rocheux, un escalier monumental découvert en fin de visite qui donne tout son sens au site. À notre arrivée, juste un temple d’accueil complètement effondré qu’il nous faut dépasser et là,… à notre droite, une route faite de dalles qui montent jusqu’au temple surélevé, la vision grandiose apparaît, et ce n’est pas tout, il faut encore le traverser, comme si nous passions de fenêtre en fenêtre pour découvrir le temple principal ! Ce site figure lui aussi à l’UNESCO, et c’est bien juste, il est exceptionnel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

( NB/ L’escalier majestueux est presque condamné, très vite balayé d’un regard, pourtant il indique vers où le temple est dirigé, vers où il se montre, … vers l’autre côté, la Thaïlande. On comprend désormais mieux pourquoi les deux parties le revendiquent…)

Ce dernier jour angkorien nous ramène tout doucement vers le sud, vers Kampong Tom et aussi vers la capitale. Cette dernière visite nous a vraiment fatigué, il faut aussi pour nous tous souffler après dix jours de visites. Nous arrivons dans le fin fond du Cambodge où, un dimanche, nous assistons à une myriade de Cambodgiens venus se prélasser à l’ombre de quelques 14 « petits » temples qui sont à la naissance de l’art khmer. Nous avons failli louper le principal, aucun regret d’être passé par là, c’est vraiment une halte qui ferme notre beau chapitre de la découverte d’Angkor, … nous en avons pris plein les yeux !!!

 

Dix jours merveilleux que nous avons vécu à notre rythme, nos 4 loulous ont vu quantité de merveilles. Que nous réservent la suite ? Semaine cool dans la capitale et ses environs, chercher le visa pour le Vietnam, … déjà une autre aventure qui se profile à l’horizon…

Bisous

A bientôt,

Fabien

 

 

 

 

Une réflexion sur « « Quand Angkor se découvre à nos yeux,… » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s