Kho Chang, un paradis d’eau, …

Noé interview Maya sur la plage de Kho Chang, une expérience inédite pour une semaine de détente sous un climat de mousson !

 

Kho Chang,

Partir à Kho Chang, prendre la route, s’entasser dans des minibus, prendre le large et arriver sur la deuxième plus grande île de Thaïlande, à plus de 200 km de Bangkok, réputée pour ses plages idylliques en été, ses milliers de touristes cherchant le sable fin; ses cocotiers, son eau bleue, sa chaleur sous un soleil éclatant, ses fêtes et ses bars,…

On en oublierait presque que Kho Chang est une île inhospitalière, au-delà de ses quelques plages où tous les grands hôtels ont urbanisé le littoral sur quelques mètres le long la Côte Ouest; car, dès la traversée de la grand route, la forêt prend le dessus, et au-delà, la montagne s’élève et montre un autre visage, celle d’une jungle subtropicale verdoyante, ses cris, son armure contre la civilisation, sa densité, sa couleur, un vert éclatant,… Kho Chang, c’est notre Kho Lanta à nous, sans la survie, sans les épreuves,… c’est une « Kho », une île typique de l’Asie du Sud-Ouest, l’alternance constante et quotidienne de la pluie, de la plage, du beau temps, de la chaleur humide.

Sur Kho Chang, il pleut, non pas cette petite bruine typique du gris de Bruxelles ou de Lille sous à peine les 12°c. Vous savez, cette petite averse qui nous rappelle une belgitude presque du Haut-Nord, d’un ciel qui nous abîme lorsqu’il faut travailler, une pluie idiote et froide qui nous sape le moral car on la croit quotidienne au printemps trop long, à l’automne trop vite là à la rentrée, interminable pendant l’hiver,… elle est la déprime en été quand enfin on espère le beau temps. A Kho Chang, il pleut de la pluie chaude à de telles grosses gouttes qu’on en ressort non pas mouillé mais trempé jusqu’aux os, rincé de l’intérieur; on respire 85% d’humidité en juillet, c’est la mousson, le ciel est laiteux et tous les jours, on s’en prend quelques seaux,… Les impers ne servent qu’à garder la chaleur corporelle, la transpiration surtout, il fait humide des deux côtés.

Quand nous avons débarqué sur l’île un jour de fête nationale française, nous n’avons pas été plus surpris que cela, la Thaïlande des îles ressemble furieusement à l’état indien de Goa ou du Kerala à la même période; toutes trois sont des destinations privilégiées pour les touristes de l’hémisphère nord de novembre à avril – à cette période-ci, l’île vit de ses rentes, c’est bel et bien la basse saison. Nous sommes surpris par cette ressemblance et même plus, nous nous y sentons comme à la maison. Les mêmes réflexes, très vite la chambre est arrangée, les scooters sont loués après un saut à la piscine, et nous voilà déjà partis à la découverte de l’île. A l’aveugle, nous parcourons le rivage, sinueux, montant et descendant de petites routes à travers la forêt, s’arrêtant à chacune des criques et plages, goûtant à la joie des plaisirs de la mer dès que l’occasion se présente, nos enfants se font des souvenirs sur pareilles routes.

 

Les journées sont rythmées par notre bon vouloir : tous les matins, petit déjeuner avec exceptionnellement du « Nutella » au plus grand plaisir des enfants dès le réveil tardif dans notre chambre ou sur la terrasse. S’ensuit le passage obligé par la piscine pour se mettre en route. Auguste nage comme un poisson dans l’eau, imite ses soeurs et son frère à sauter du bord comme un grand, joue à la balle, se met sur le dos, rejoint à pleine vitesse les autres tambourinant dans… l’eau ! Encore sous eaux, dans l’eau,… toujours de l’eau. Avant la douche chaude. La journée commence vraiment dès les premiers tours de roue en scooter : Charlotte prenant Auguste dans le porte-bébé avec Maya à l’arrière pour « on ne sait jamais ! », Fabien, avec Eléonore devant, Noé à l’arrière, … visite de trois voire quatre heures, pour ….? Se baigner bien sûr dès que l’occasion se présente. Quand je vous disais que Kho Chang, c’est une histoire dans et sous eaux ! Même trempés, nous n’hésitons pas à plonger dans une eau à 28° ?

Ce n’est pas bien difficile, il faut l’avouer. Sur ces scooter, nous faisons tout le tour de l’île ? Même pas, un jour, bien motivés, nous nous sommes risqué à tenter le tour complet, nous n’y sommes pas arrivés, la route s’arrête à quelques kilomètres au sud de notre hôtel, forcés de faire demi-tour, nous avons bravé la mousson et litres d’eau, ses routes débordant de torrents, de flaques, de piscines,  pendant plus d’une heure,… des véritables jet-ski sur la route.

Kho Chang, c’est aussi la difficulté du ravitaillement. Loin de la métropole, tout est fait pour que le prix soit touristique, tout coûte cher, pas possible de manger en dehors des restaurants.  Il faut être rusé, inventif, attentif et surtout regarder où vont manger les Thaïlandais de l’île pour manger à des prix démocratiques. Il faut dire que la cuisine, si elle ne semble pas variée, offre tout de même des plats aux parfums surprenants,… essayez donc le curry vert nappé de soupe de coco, … Les enfants s’amusent avec leurs baguettes, mangent le riz comme en Inde… à la main, et pour ne pas perdre les habitudes, prennent une fois sur deux, un plat qui leur sied: french fries, noddles, eggs.

Kho Chang, c’est notre petite semaine relaxe, loin du bruit de Bangkok, prendre le temps de s’humidifier de notre voyage, prendre l’eau sous toutes les formes pour enfin, respirer le plaisir d’être ensemble, oublier les stress, vivre en famille, prendre la mousson en pleine gueule pour s’écouter, vivre au rythme de la saison et … sécher nos habits pour reprendre la route.

Kho Chang, c’est une île paradisiaque où nous avons pris un temps énorme de tranquillité avant la découverte d’un nouvel univers : le Cambodge ! Une autre aventure,… quitter l’eau pour la terre.

Une réflexion sur « Kho Chang, un paradis d’eau, … »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s